I, OF WHOM I KNOW NOTHING  ++  >>
< <
LAMALAND (Partie I)

Un film produit, écrit et réalisé par Pablo Sigg
2018 / 91 min. / Couleur et noir-et-blanc / Allemand
Condamnés à vivre radicalement isolés dans le paradis perdu de Nueva Germania, les deux descendants vivants de la colonie aryenne fondée par la sœur de Friedrich Nietzsche dans la jungle paraguayenne doivent faire face à leur destin dernier après un soudain effondrement de l’ordre pétrifié de leur existence quotidienne : comme si les sombres forces des temps, les dieux de l’air et des éléments voulaient mettre fin à ces hommes qui avaient songés à un monde avec une seule histoire, une seule langue, un seul dieu, une seule race, un seul territoire.
LAMALAND a été réalisé à Nueva Germania, au Paraguay, avec Friedrich et Max Josef Schweikhart, survivants directs de la communauté utopique imaginée par Richard Wagner et établie dans le sud de l'Amazonie à la fin du XIXe siècle par Elisabeth Förster-Nietzsche. En raison de son « entêtement sud-américain » inébranlable, son frère Friedrich l’appelait, avec une affection sarcastique peut-être, « Lama ».
Première mondiale:
International Film Festival Rotterdam 2018
Choix de festivals de cinéma:
47th International Film Festival Rotterdam 2018 (Sélection Officielle: Perspectives)
8th FICUNAM Festival Internacional de Cine UNAM 2018, Mexico DF (Compétition Internationale)
Play-Doc 14th International Documentary Film Festival Tui 2018, Espagne (Compétition Internationale)
29e FID Festival International de Cinéma Marseille 2018, France (Sélection Officielle)
18th Indie Festival 2018, Sao Paulo (Sélection Officielle)
56th VIENNALE Vienna International Film Festival 2018 (Sélection Officielle: Features)
54es Journées de Soleure 2019, Soleure, Suisse (Sélection Officielle: Panorama)
Prix:
*Best Film*, Play-Doc 14th International Documentary Film Festival Tui, Espagne
 
Sur LAMALAND (Partie I):
« Un western biblique peu avant la rigidité cadavérique. » « [Une] épopée minimaliste. » 
Florian Keller: Der eigenartigste Film in Solothurn (Kain und Abel im deutschen Urwald), WOZ Die Wochenzeitung 
>> https://www.woz.ch/-94c5
« C'est un film qui se termine avant même qu'il ne commence, un film qui est un pur effondrement, le travail fascinant d'un cinéaste obsessionnel qui travaille dans presque autant d'isolement que ses sujets et fait des films le plus lentement possible. »
Mario García Torres: Pablo Sigg's Lamaland, Walker Magazine
>> https://walkerart.org/magazine/2018-the-year-according-to-mario-garcia-torres
« Voici l'incarnation du nihilisme, peut-être l'expression diabolique par excellence: la vie n'est dirigée nulle part, il n'y a pas de plan, pas de telos; le présent circule sans fin, de façon répétitive, et la matière du monde se précipite vers l'abîme. »
Roger Koza: Lamaland (Teil I), Viennale 2018
>> https://www.viennale.at/en/films/lamaland-teil-i
 
« Le manque de logique qui imprègne le passage du temps, l'apparition de certains événements, est le même qui ne veut pas rendre le Mal cohérent et rationnel, ni lui donner aucune trace de compréhensibilité. »
Lorenzo Paci: Lamaland (Part I), Cinepaxy 
>> https://cinepaxy.wordpress.com/2018/02/03/lamaland-part-i/
« L'image la plus ancienne et la plus persistante que mon esprit garde à l'arrière-plan de l'idée de Lamaland est celle de deux frères qui, inversement au couple primordial de la Genèse, ne sont pas le commencement, mais la fin d'un peuple, d'une communauté, d'une race: les deux dernières feuilles d'un arbre généalogique sec. »  
Pablo Sigg: A Note on Lamaland, Animal
>> https://revista-animal.com/current_issue/una-nota-sobre-lamaland/a-note-to-lamaland/